copyright "Editions du CHARIOT"

 

Revue : SECRETS :

LES OS PNEUMATIQUES

On sait que les os des oiseaux, au lieu d'être remplis de moelle, sont absolument creux, et qu'à l'aide d'un curieux mécanisme ils communiquent avec les poumons et servent à la respiration ; ainsi ces os pneumatiques sont-ils très propres à retenir les corpuscules aériens qui parviennent dans leurs cavités.

Un paon élevé dans un château, offrait dans ses os d'abondants filaments de laine et de soie, teints des plus magnifiques couleurs. C'étaient d'évidents vestiges des riches parures des nobles châtelaines du lieu, ou de quelques ouvrages tissés par leurs délicates mains.

Au contraire, des poules de l'humble maison d'un boulanger avaient leurs cavités pneumatiques presque uniquement bourrées de farine et de quelques débris de vêtements grossiers ; celles du charbonnier y offraient d'abondantes parcelles de charbon.

Des pies qui n'habitaient que les sites les plus solitaires des forêts, n'ont leurs voies respiratoires envahies que par des débris de feuilles et d'écorces. A l'opposé de cela, les corneilles, dont la vie se passe en partie sur les toits de nos demeures et en partie dans les campagnes, ont leurs os remplis de tout ce qui voltige dans les lieux variés quelles fréquentent. On y découvre des filaments de laine et de coton de diverses couleurs, ainsi que de la fécule et de la fumée, qu'elles aspirent au milieu des bois.

Il est curieux de voir ainsi les moeurs des animaux se traduire par l'examen de leurs voies respiratoires.

Les Editions du CHARIOT

 

Textes et documents, reproduction interdite, copyright "Editions du CHARIOT"